Petit Lexique Médiéval

User avatar
Gwalchaved
Bâtisseur
Posts: 135
Joined: Wed 13 Jan 2016, 16:43
Realm: Agonedus

Petit Lexique Médiéval

Postby Gwalchaved » Tue 09 Feb 2016, 13:56

Petit lexique du Moyen Âge (mots usités avec certitude entre 1300 et 1450) afin de donner une saveur ancienne à nos post de RP.

Si cela peut vous rendre service, c'est un survol mais à peu près tous les thèmes sont abordés. Je n'ai pas eu le temps de finir le classement par thèmes, je continuerai à mesure.

Vêtements, Tissus et mots liés

Acesmé(e) : bien vêtu(e), paré(e)
Bannolier = Ceinture large placée sous les seins
Blanchet = Culotte de femme
Cambals = Jambière de cavalier
Cariset = Grosse serge flamande
Chaussemante = Grande pèlerine
Couvrechef = Mousseline (cette étoffe légère et transparente se portait souvent chez les élégantes sur la tête, de la ce tissus donna son nom à tout ce qui se partait sur la tête)
Dessafubler : se déshabiller (le verbe existe toujours mais considéré comme proche de l'argot)
Estivaux = Bottes d'été
Faitis = Elégant
Fasset = Corsage (ouvert par-devant)
Frisqueté : élégance
Longière = Grande nappe
Poindre = coudre
Pourfiler = Broder
Mactabas ou Nachiz = Espèces de draps d'or
Tasse = Escarcelle
Touaille = Serviette
Vair = Fourrure d'écureuil (la fameuse pantoufle de vair n'était point de verre)

Le Château et tout ce qui tourne autour

A)- Pièces et parties du château

Bostrué (bois troué) = Latrine
Chaingles = Enceinte d'un château
Chevance : propriété
Cortil : jardin, idem ouche
Postil : porte dans une enceinte
Sarrasine : la herse
Retrait = Bureau, appartement privé
Rayére = Meurtrière
Solar = pièce à vivre comportant les plus grandes ouvertures et permettant à la lumière d'entrer d'où son nom
Solier = Grenier
Tinel = Pièce de réception et des repas où sauf dans les très grandes demeures tous les habitants prenaient leurs repas.

B)- De ceux qui y vivent et y travaillent

Ahanier = Homme de peine (d'où ahaner soit travailler avec peine en poussant de grand Han !! comme les bucherons)
Dapifer : mot ancien issus du latin voulant dire représentant du seigneur, son sénéchal comme son régisseur. de fait son second à la guerre comme dans sa mesnie
Huron : autre mot pour paysan
Latinier = Traducteur
Loudiers : paysans
Meschin(e) : domestique
Regard : un guetteur
Vacelle : servante (le plus souvent d'auberge)

C)- Des terres alentours et des animaux de ferme et de la chasse

Bacon = Jambon (encore un mot français de la langue anglaise)
Bièvre = Castor (beaver en anglais, vallée de la Bièvre au sud immédiat de Paris)
Bouchaier = Couper du bois
Benel = Tombereau (à traction équine)
Breniers et cormiers : valets s'occupant d'une meute
Carbonnées = Grillades (on retrouve le terme dans le nord avec les carbonnades)
Cartil = Charrette longue
Chapuiser = Couper du bois en petit morceau
Géline = Poule
Forhuer : sonner du cor (le terme existe toujours dans les chasse à cour, à pied ou a cheval, et s'emploie pour amener les chiens à la fin de la chasse, sonner la forhu)
Jantes = Oies
Jarrissade = Clairière
Linz = Lynx
Mollage = Meule (de moulin)
Palut = Marais (d'où paludisme)
Roulée = Etable à cochon

Des heures, des poids et autres mesures

Mesures de longueur :

Le pied de roi : 0, 32483 m (censé être la mesure du pied de Charlemagne : 12 pouces). Il se subdivise en 12 pouces, le pouce (2,706 cm) en 12 lignes, la ligne (0,226 cm) en 12 points (le point =0,188mm).
L’aune : elle était utilisée surtout pour mesurer les étoffes.
L’aune de Paris : 1 m 1884 (soit 3 pieds 8 pouces)
L’aune de Bordeaux : 1 m 4561
L’aune de Troyes : 0 m 812...
La brasse : utilisée dans la marine. Il s’agit d’une longueur de corde entre les bras étendus. Elle varie de 7, 6 à 5 pieds (1,624 m).
La toise : du latin tensa, « étendue ». Elle était d’environ 6 pieds, soit 1,949 m. De 1812 à 1840, la toise métrique était de 2 m. Voir aussi la toise carée.
La canne : utilisée en Provence, elle valait environ 1,98765 m. (mais 2,01265 à Marseille).
La perche de Paris : elle équivalait à 18 pieds, soit environ 5,8471 m. Voir aussi la perche de Paris (mesures de surface).
La Perche ordinaire : cette mesure était égale à 20 pieds, soit 6,496 m.
La perche des eaux et forêts : 22 pieds, soit 7,1464 m. Voir aussi la perche des forêts (mesures de surface).
Le pas : 0,624 m.
La lieue de Paris : (du gaulois leuca, « distance entre deux pierres »). Jusqu’en 1674, elle valait 1 666 toises. De 1674 à 1737, elle représente 2 000 toises, soit 3,898 km. En 1737, elle mesure 2 400 toises pour les tarifs du transport de grains, 2 000 pour les Ponts et Chaussées, et 2 200 pour les Postes.
La lieue marine : 3 milles marins, soit 5 556 m.
Le mille marin : 1 852 m.
L’encâblure : cette unité marine représentait 1/10 mille, soit 185,2 m.

Mesures de surfaces :

Le journal : c’était l’unité de superficie la plus utilisée sous l’Ancien Régime. Il s’agissait de la quantité de terre qu’une charrue pouvait labourer, ou qu’un homme pouvait travailler, ou la quantité de pré qu’il pouvait faucher, etc. en une journée.
Le journal de Paris : 32 ares 86
Le journal de Bordeaux : 31 ares 93...
L’arpent : (du gaulois arepenn, « portée de flèche »). Cette autre mesure agraire était également très usitée.
L’arpent de Paris : 100 perches carrées de 18 pieds de côté, soit 34,19 ares, soit 3 417 m2.
L’arpent commun : 42,21 ares, soit 4 221 m2
L’arpent du roi ou d’ordonnance : 51,07 ares
L’arpent des eaux et forêts : 100 perches carrées de 22 pieds de côtés, soit 48 400 pieds carrés, soit 5 104 m2.
La perche des forêts : 22 pieds de côté, soit 484 pieds carrés, soit 51,04 m2.
La perche de Paris : 18 pieds de côté, soit 324 pieds carrés, soit 34,17 m2.
La toise carrée : 36 pieds, soit 3,796 m2.
Le pied carré : 144 pouces, soit 0,10546 m2.
Le pouce carré : 0,0007323 m2.
La verge : (du préceltique vège, « champ plat », contaminé par vergée, « terrain mesuré à la verge »). Elle correspond à 1/4 d’arpent, soit 1 276 m.
L’acre : corresponds à 2 arpents ou 4 vergées.
L’ânée : il s’agit de la quantité de terre pouvant être ensemencée avec la charge normale d’un âne, soit environ 7 arpents.
Le bonnier : en moyenne 128 ares en Flandre et Artois.
La rasière ou mencaudée : c’est la quantité de terre pouvant être ensemencée avec le grain contenu dans une rasière, soit environ de 35 à 45 ares.
L’hommée, la bicherée, la coupée, l’ouvrée, la quarterée, la séterée, la poignerée : ce sont des quantités de terre pouvant être ensemencées avec le grain contenu dans une quartière, un setier, une poignère, un boisseau, une émine (la moitié du setier).
L’éminée : en moyenne 8 ou 9 ares en Provence.
La salmée : en moyenne de 63 à 70 ares.

Mesures de capacité :

Le litron : 0,79 litres
Le boisseau : (dérivé de boisse, bas-latin bostia et gaulois bosta, « creux de la main ». C’était la mesure la plus utilisée pour les grains (blé, avoine, seigle) ou pour le sel, le charbon de terre et le charbon de bois.
Le boisseau de Paris : environ 16 litrons, soit 13 litres
Le boisseau de Bordeaux : 78,808 litres
Le boisseau de Saint-Brieuc : 33,86 litres
Le setier : 12 boisseaux, soit 152 litres. Voir aussi la chopine.
Le minot : (diminutif de mine, du gréco-latin hemina, « mesure de 28 cl ».
Corresponds à 6 boisseaux pour l’avoine et le charbon de terre
4 boisseaux pour le sel
3 boisseaux pour le blé
2 boisseaux pour le charbon de bois.
Le muid : (du latin modius, « mesure »). Elle correspond à 12 sétiers, soit 1 872 litres pour les matières sèches et à 2 feuillettes, soit 274 litres pour les matières liquides (le muid de Bourgogne = 268 litres.).
L’émine : 1/2 sétier, soit 78 litres.
La chopine ou sétier : (du latin sextarius, « sixième »). Elle valait 0,476 litre.
La pinte : 2 chopines, soit 0,9305 litre.
Le pot ou quade (cade) : 2 pintes, soit 1,861 litre (2,2648 litres à Bordeaux).
La velte : (du latin médiéval gualguita, « petite jauge ». elle correspond à 8 pintes, soit 7,62 litres.
Le quartaut : 9 veltes, soit 68,5 litres.
La feuillette : il s’agit d’un tonneau marqué d’une feuillure « entaille de jauge ». Elle correspond à 2 quartauts, soit 137 litres.
La mesure : en Alsace, elle valait 64 pintes de Paris.
La barrique : a Bordeaux, elle valait 32 veltes et environ 110 pots bordelais.
La pipe : a Paris, elle correspond à 1 muid et demi, soit 432 pintes. En Bretagne, elle sert de mesure de grains (40 boisseaux).
La ruche : en Normandie, cette mesure correspond à 25 pots. Le demeau est la moitié d’une ruche.
La queue : en Champagne, elle valait environ 266 litres (mais 396 litres à Reims).
Le scandal : de 12 à 20 litres en Provence, selon les localités. Elle servait pour l’huile.
La foudre : 4 muids, soit 1 072 litres.
Note : Les mesures de froment et de seigle sont « rases », mais celle d’avoine sont « combles », d’où une augmentation d’1/3.
Poids :
La livre : 489,5 grammes. Elle était divisée en 2 marcs (le marc = 8 onces, soit 4 608 grains, soit 244,75 g.), ou en 16 onces, ou en 9 216 grains. L’once (8 gros, soit 30,59 g.) en 8 gros, et le gros (3 deniers soit 3,824 g.) en 8 grains. La livre se divisait aussi en 4 quarterons, et le quarteron (122,4 g.) en 4 onces. A Lyon, la livre ne comprenait que 13 onces trois quart (15 pour la soie).
Le grain : 53 mg., soit 0,053 g.
Le denier ou scrupule : 24 grains, soit 1,275 g.
Le quintal : 100 livres, soit 48,95 kg.
Le millier : 1 000 livres, soit 489,5 kg.
Le tonneau de mer : 2 000 livres, soit 979 kg.

A)- De la Famille

Ains-né : Ainé
Ancesseur : Ancêtre
Estoc (en avoir ou pas) : Race, noblesse
Forligner = Déchoir (sortir au sens de passer en dehors)
Hoir : Héritier
Mains-né : Cadet
Nieps : Neveu
Serouge : Beau-frère
Taye = Tante
Tayon = Oncle

B)- Du Cheval

Acouer = attacher les chevaux à la queue leu leu
Baussant ou baucent = cheval dont la robe est noire et blanche
Breher = clouer un fer à cheval
Desrayer = Indomptable (ingouvernable)
Ferran = robe d'un cheval gris cendré
Feuquière = étrier de bois à la selle des bêtes de sommes
Flancherie = Partie du harnais de drap ou de cuir qui couvrait l'arrière main du cheval
Liard = robe d'un cheval gris pommelé
Locher = branler pour un fer
Lormerie = embelissement du harnachement d'un cheval
Maréchaussie = écuries mais aussi = Forge (maréchalerie d'où le maréchal ferrant)
Miroute = cheval bai ou noir dont la robe est marquée de taches claires
Penthère = sorte de clou, de bossette
Sommire, sommier = bête de somme


C)- De la guerre

Able = Habile
Afusellé (être) = tenir sa lance impeccablement
Archonner = Plier (se) comme un arc
Arser: brûler
Arifler : raser
Buquer : frapper
Cautelle : ruse
Clibanion = Cotte d'arme formée d'écaille de métal
Clinques = renforts de casque
Contubernalité = Fraternité d'armes (du latin contubernalis : camarade de tente plus tard camarade = qui partage la même chambrée donna aussi camériste = qui aide à s'habiller)
Contrester = résister, s'opposer
Cravanter : écraser
Dévier : mourir
Debeller = combattre victorieusement
Dondaine = Type de carreau d'arbalète
Embler = fuir (s'enfuir)
Empainte = attaque
Enchifrener = Asservir (accabler)
Enarmes = courroie du bouclier
Enchartré = Enfermé
Enfardeler = empaqueter
Enrugie = rouillé
Enseigne = Cris de guerre
Epaufrer = Appliquer un coup de travers
Estranière = drapeau
Estrémir = jouer de l'épée
Estrif = combat, bataille
Eshancher = estropier
Esmay = Effroi
Essart = Ravage (tuerie)
Falarique = épieux enflammée.
Faire visage = faire face
Ferrir = Blesser
Flotte = troupe, mais également brousse
Fourche fière = Fourche de guerre
Fresnine =lance de frêne
Frayon = Ecorchure
Godant = Piège
Godendac = Sorte d'épieu (tiré du flamand goedendag : bonjour)
Haute clouère = Mailles de Chambly rivetées au grain d'orge, dites de haute clouère
Héredesse = Infirmier
Herpaille = Horde de mauvaises gens
Hourder = escorter
Hodé (être) = être fatigué
Huque = Sorte de tabard sans manche
La hart = Le gibet
Jointes = Plaques de métal fixées sur les gantelets et destinées à protéger les phalanges
Mat = être mort d'où Mater, Matar en Espagnol
Mestrier = maitriser
Meshaigner = Maltraiter
Moraille, vière, ventaille = Visière
Navrer = blesser
Outre-cuidé = Téméraire
Pavescheur = Arbalétrier portant le grand pavois
Passot = 2pée large et courte (à deux tranchants)
Pourmener = poursuivre
Pugnalades = Coups
Ramposner = Défier
Recueillette (se mettre à) = (se mettre à) l'abri
Relinquir = Abandonner
Restorier = Venger
Restreindre ses plates = mettre une armure
Ressuite = Poursuite
Ribaud : soldat à pied mal armé
Rocher = pointe de lance de joutes courtoises
Signal = Armes (d'un seigneur, écu ou bannière)
Soudoyer : homme d'armes touchant une soudée (solde)
Surgier = Chirurgien
Tanison = fatigue (être tanné)
Tençon = querelle
Traire = Tirer (comme sur un pis par extension à l'arc ou à l’arbalète)
Trépignis = mélée d'un tournoi ou d'un pas d'armes (d'où trépigner)
Treu = Ravage (désastre)
Tribouler = Tourmenter
Vasselage = bravoure
Ventaille (ou vière) = visière d'un heaume
Verrou ou Verrouil = porter une arme horizontalement dans le dos (comme un verrou)
Vituler = Ramper

D)- Des mauvaises choses aux mauvaises gens et autres insultes

Aloer : compromettre
Amise = Mauvaise action
Cagne = Personne méprisable
Capiteux : obstiné (d'où un vin capiteux, qui entête)
Chercus = Cercueil
Cuidançon = Inquiétude
Desrier : moquer
Dervreries : diableries
Enfelonner : irriter
Engueuser = Séduire (vilement)
Enherber = Empoisonner avec des herbes
Estocadeur = Mendiants
Fallaces : fourberies
Fredain : scélérat
frère frappart = Moine Libertin
Friquet = Freluquet
Fumeux : violents
Goffe : bossu, mal fait
Grésillons = Chaines
Guépin : qui a la méchanceté de la guêpe
Herlos : maraud
Hideur = Crainte
Jouée (une) : une gifle
Jupper : crier
Linfars = Mauvaises gens
Luctueux = Pénible, triste, douloureux
Molester = Injurier (dans son acception d'origine)
Momer = Déguiser, se déguiser
Morille = la peste noire
Pouties = Ordures
Penance = Pénitence
Renier 'un = Renégat
Seigneurier = Prendre de haut (traiter avec mépris)
se targuer = se placer sous la protection de quelqu'un
Vergogne (eux, euse) = Honte (eux, euse)
Wandres = Vandales

Des plaisirs et déplaisirs

Appétition (qui donnera appétence) = Vif désir
Blandir = Flatter (dans le but de tromper)
Conjouir = recevoir, accueillir
Créanter = Recevoir (en confiancce)
Déduit = jeu, amusement
Délits = délice
Doreloter = Traiter délicatement
Emboiser = séduire avec des cajoleries (avec un sous entendu de tromperie)
Esbanoïer = égayer, divertir
Gerdonner : récompenser ou aussi Remérir = Récompenser
Jengles = plaisanteries, moqueriee (on disait aussi gabois et gailles)
Losengier : flatter
Mièvre : espiègle (et oui avec le temps le sens change)
Solas : plaisir
Subvertir = Troubler complètement
Vuiseuse = frivole, futile, à la limite vicieuse (le mot viendra de la)

Se Déplacer et tout ce qui en découle

Arroier (s') =Se ranger (sur le côté, en bon arroie se rangeren bon ordre)
Amenage = Transport (acheminement)
Bobant (grand) : Pompe (grande)
Brousser = Avançer (sans s'occuper du chemin)
Costier = Côtoyer, longer (de suivre la côte)
Escliper = Embarquer
Esponde (l') = Bord (le)
Estamper = Promener (se)
Gambier = Errer
Mémarcher = Trébucher
Noqueter = Errer (pendant la nuit)
Randonner = Aller impétueusement (de randon = voyage, déplacement mais surtout déplacement de guerre)
Tauder = Abriter (s')
Traveler = Voyager (donne Travel en anglais)
La roie = la voie, la chaussée

Divers

Achoison = Occasion
Affaiter = mise au fait, informer
Affiner = mettre fin (achever)
Aisiveté = Aisance
Allier = Echafaudage
Attempré = modéré
Attremper = Ajuster
Aquoiser = Devenir coi, tranquille
Avesprir = Faire nuit
Carole (une) =Ronde (une)
Convenant (le) = Position (la)
Circonstant = Qui entoure
Clergie = Instruction
Convive = Arrangement
Créance = Confiance
Croniser = Raconter
Délivrement = Promptement
Déterminément = Définitivement
Efoudre = Tempête (ouragan)
Entalentés = Disposés (être)
Esconsant (soleil) = Couchant (soleil)
Escots = Ecossais
Esliescer = Content
Esteuf = Ballon
Féauté = Loyauté
Fierge = (Reine aux échec)
Faintise = Faiblesse
Goguelu = content de soi
Hâtiveté = Précipitation
Indiction = Convocation
Itele, ou autel, ou otel = semblable
Mautalent = Mécontentement
Moiteur = Tarif
Muisteur = de tempérament froid
Orains = Maintenant
Pernions = Engelure
Posnée = Orgueil
Probation = Epreuve
Ravine = Vitesse
Rementever (se) = Souvenir (se)
Remerquier = Remarquer
Rère = Raser (une barbe)
Subverti = Bouleversé
Tresselle = Dalle
Turquoises = Tenailles
Variement = Discussion

et pour finir un site interressant sur le même thème
http://www.atilf.fr/dmf/
» N’oubliez pas que la terre aime à sentir vos pieds nus et que le vent aspire à jouer avec vos cheveux »

Eweaya
Indécis
Posts: 227
Joined: Wed 06 Jan 2016, 02:29
Realm: Agonedus

Re: Petit Lexique Médiéval

Postby Eweaya » Tue 09 Feb 2016, 15:33

Hummm fuuul intéressant. Merci. Ne reste plus qu'a attendre la réplique des autres .....sur le RP et on pourra utiliser tout ses beau mots. :D


Return to “Taverne (Jeu de rôle)”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 0 guests